Parmi les petites choses qui peuvent empoisonner le quotidien d'un couple, il y a les difficultés de la communication. 

Rien à voir avec les femmes dont on rêve, muettes et terriblement sexy !

0_28377d_6a3aafe1_XXXL (Kopyala)

 

Quelques exemples très concrets de ces difficultés de communication :

* vous expliquez quelque chose à votre épouse/compagne, et cela à un rythme normal (c'est-à-dire pas si lentement que cela puisse l'agacer à juste titre).  Mais elle ne cesse de ponctuer votre explication avec des "Et...???", qui sont de claires marques d'impatience de sa part.  Que faire ? Lui demander poliment de vous laisser finir votre explication ? Lui clore le bec avec une réplique saignante, bien méritée ? Eviter de montrer votre irritation car toute remarque de votre part, quel que soit son ton, vous attirera de sa part une repartie agressive ? Et abréger alors l'explication en cours tout en prenant la résolution de cesser de lui parler de choses nécessitant des explications un peu circonstanciées ?

* vous lui parlez d'un tel, disons Daniel, et elle prétend que vous avez mentionné un autre prénom, disons Emmanuel, alors que vous êtes absolument certain d'avoir bien dit Daniel. Faut-il laisser tomber ou lui affirmer qu'elle a mal entendu, au risque de vous entendre répliquer que c'est parole contre parole ?

* vous dites "Ce poulet (que vous avez mangé un jour où elle était absente) était particulièrement bon" et vous ajoutez "Et cela m'a surpris". Elle vous lance alors : "Tu viens de le dire déjà, tu te répètes !". Faut-il lui faire remarquer que cette critique est infondée car vous avez exprimé successivement deux idées différentes (bon goût, puis surprise) ou vaut-il mieux vous taire en mettant sa confusion sur le compte d'une aggravation de son manque d'attention à la signification précise des mots ?

    Quand ces couacs se multiplient sur fond d'hyper-sensibilité de sa part à toute critique, mieux vaut sans doute prendre le parti de se taire, puisque toute réaction de votre part, même très atténuée, vous vaudra aussitôt et/ou plus tard des reproches supplémentaires.

    Un exemple, parmi mille, d'hyper-sensibilité à toute critique ? Dans sa croisade contre les fruits et légumes vendus en super-marché (et non pas par les producteurs locaux commercialisant leur production sur les marchés), elle vous dit de n'acheter, lors des courses hebdomadaires que vous faites pour la famille, des tomates (par exemple) que pour vous, pas pour elle et elle vante les salades qu'elle achète à l'occasion au marché. Il se trouve que la dernière de ces salades locales était pleine de terre et qu'elle l'a insuffisamment lavée, ce qui m'a amené à manger, à deux repas successifs, de la salade craquant sous la dent du fait des restes de terre. Redoutant sa réaction, je n'ai prudemment rien dit car je connais trop son hyper-sensibilité à toute critique à son égard, et la vivacité de ses réactions en ce cas : quand elle commet une erreur c'est celui qui la lui fait remarquer qui se fait agresser. Simplement je n'ai pas mangé de salade lors du troisième repas, d'autant qu'il n'en restait que la quantité qu'elle avait l'habitude de manger. Alors sommé de justifier mon refus, j'ai gentiment laissé entendre que cette salade aurait mérité une eau supplémentaire. Et alors, comme je l'avais prévu, au lieu de reconnaître qu'elle avait insuffisamment lavé cette salade, elle m'a dit, fâchée, d'acheter, pour moi, de la salade toute préparée puisque je n'appréciais pas sa salade : elle se fatigue pour moi et je ne suis pas content ! Que faire face à ce type de personnalité, assez insupportable il faut le dire ?