Etre amoureux d'une fille, n'est-ce pas surtout une façon, acceptable par la femme concernée, de dire qu'on a très envie de se la faire ? Est-ce que cela veut vraiment dire qu'on a envie de vivre toute sa vie avec elle, alors qu'elle va vieillir et qu'il y aura alors mille filles plus jeunes et plus disposées à vous admirer, et alors que tout porte à croire qu'une fois que vacillera sa flamme amoureuse, cette fille vous l'imputera et se vengera sur vous de ses rêves déçus : elle révélera son vrai tempérament, et se montrera alors exclusive, soupçonneuse et jalouse, vous accablant de reproches, vous rendant responsable de toutes ses insatisfactions, vous terrorisant par ses réactions (au point que, quand elle se montrera gentille vous n'y croiriez pas et vous serez empêché d'en profiter parce que vous ne cesserez de vous demander ce qu'elle prépare, ce dont elle va vous accuser) ? Sans parler de sa prétention à diriger votre vie, à vous dicter votre conduite dans les moindres détails, à vous observer et à vous surveiller, à tout faire pour que vous ne lui échappiez pas, à prendre ombrage de toutes les occasions où vous pouvez être heureux avec d'autres qu'elles (même vos copains). Et elles voudraient qu'on leur soit fidèle ?

153cd53

Catherine-Zeta-Jones-18JPG_750

images-delphine-chaneac-nue-dans-vrac-26514-bb812

Et être amoureuse d'un garçon, qu'est-ce sinon d'avoir envie de l'avoir en permanence à sa main, comme chevalier servant rendant de multiples services, comme prince charmant qui vous dit que vous êtes unique et si belle, et qui vous rassure et qui vous fait rire, comme oreille toujours disponible pour écouter les mille détails de sa vie qu'il ne lui aura pas suffi de raconter à ses copines, comme jouet remplaçant ses poupées et ses ours en peluche à qui elle faisait faire tout ce qu'elle voulait ?

      Avec des ambitions aussi différentes cachées derrière les mêmes mots (amoureux, amoureuse), comment voulez-vous que cela dure ? Dans un premier temps ils feront affaire car il achètera du sexe en lui offrant ce qu'elle attend (du pouvoir sur l'homme) et il devra donner à ce pouvoir le nom qu'elle veut entendre ("amour"). Et puis, dans un second temps, il ruera dans les brancards car il ne supportera plus cette mainmise sur sa vie, et elle n'offrira plus, en matière de sexe, que ce qu'elle jugera devoir concéder en échange d'un "amour" très en-dessous de ce qu'elle avait espéré. De là à penser que l'herbe est plus verte dans le pré d'à côté...